Un court-métrage d'animation poétique pour aborder les relations amoureuses entre personnes du même sexe à l'intention des enfants de CM1/CM2.

l’Intention du film

Construit à la manière d’un conte, le baiser de la lune, aborde la diversité des relations amoureuses de façon poétique.
La problématique du film est celle du regard, celui qui se ferme sur sa vision du monde puis s’ouvre à celui des autres.
Le film oppose différents personnages singuliers, une chatte, des poissons et des astres : autant de points de vues à priori opposés. Pourtant, au fil de l’histoire ces personnages s’observent, échanges leur point de vue, jusqu’à ce que leur différences se révèlent égales.
Au delà de la  thématique amoureuse, ce film invite à réfléchir sur la norme, les stéréotypes (de couple, d’homme et de femme), la violence du à l’intolérance.
Ce film d’animation est un moyen ludique de lutter contre les discriminations, par un apprentissage du respect de l’autre et de sa différence.

Projection-débat

Public: Film et débats adaptés aux enfants du CP à la classe de 6ème.
Le nombre d’enfants maximum par projection est de 4O pour une bonne qualité de débat.
Durée :
1H/ 1H30 (film 26 minutes/ débat : entre 30 et 1 Heure)
Lieu:
Une salle de cinéma ou salle de projection (Mairie, Maison de quartier…)
Support :
DVD ou DV Cam vidéo projection sur écran.
Intervenant(s) :
Débat animé par le réalisateur et/ou par un autre membre d’une association LGBT ou de l’enseignement.

Déroulement et objectifs pédagogiques de la projection-débat

Visionnage du film sans résumé, ni explications préalables, permettant une découverte du film sans à priori. Réactions et questionnements des enfants, sur la réalisation artistique, l’histoire, les personnages, les messages du film etc…
A partir de leurs réactions et questionnement, propositions de réponses possibles contenu dans le film de la part du réalisateur.
Toujours à partir de leurs réactions et questionnements des enfants,  invitation à débattre entre eux, sur la manière dont le film est fait, l’histoire, les personnages, ainsi que sur les messages du film.
Il s’agit de permettre aux enfants d’exprimer leur questionnements et leur point de vue critique sur le film, de donner leur avis, aussi bien artistiquement que sur le sens du film, pour débattre ensemble de leur goûts et des messages du film.

 

Lutter contre l’homophobie dès l’école ?

Dans la lutte contre les violences et les discriminations, la question de l’homophobie est en effet une des orientations prioritaires. La circulaire de rentrée du Ministère de l’Education Nationale le rappelle : La communauté éducative doit faire preuve de la plus grande vigilance et de la plus grande fermeté à l’égard de toutes formes de racisme, d’antisémitisme, d’homophobie et de sexisme -BO du 21 mai 2009. L’homophobie est cependant à ce jour la source de discrimination la moins traitée par le système éducatif. (Rapport pour le compte de la HALDE : place des stéréotypes et des discrimination dans les manuels scolaires-2008).

La première manifestation de l’homophobie ambiante est l’absence de représentation de cette forme de relation : il est fait comme si ces relations n’existaient pas. Ce déni, cette exclusion sont une forme de violence. Si la question de l’orientation sexuelle est prématurée pour les élèves de CM1-CM2, la norme hétérosexuelle y est malgré tout extrêmement prégnante, notamment dans les fictions présentées dans la littérature pour enfant. Des relations homosexuelles peuvent pourtant exister dans l’environnement des enfants. Un nombre croissant d’entre eux grandit dans une famille homoparentale. Ils peuvent connaître tout autre proche engagé dans une relation de couple ave une personne de même sexe. La non prise en compte de cette réalité crée problème, avant même que survienne des paroles insultantes.

Dans le baiser de la lune, la relation amoureuse entre les « poisons-garçons » est bien vécue par ces personnages. C’est la question du regard des autres qui est posée. Il s’agit de faire place à la diversité des histoires de vie et des relations. Le film propose trois poétiques histoires affectives d’égale valeur, d’égale beauté. C’est l’entourage qui est convié à ne pas s’enfermer dans des modèles étroits.

Cet apprentissage du respect de soi et des autres (civilité, tolérance, refus des préjugés et des stéréotypes) fait partie des compétences sociales et civiques inscrites dans le socle commun des connaissances et des compétences (décret du 11 juillet 2006). Il participe à la préparation des élèves à bien vivre ensemble, dans le respect des valeur de la république. En contribuant à l’inclusion des réalités homosexuelles dans notre société, il participe au bien de tous les  jeunes.